Aller au contenu principal

Filtrer les contenus par objectif du Pacte mondial sur les migrations

1 – Données

2 – Lutter contre les facteurs négatifs

3 – Fourniture d’informations

4 – Identité légale et papiers

5 – Filières de migration régulière

6 – Recrutement et travail décent

7 – Réduire la vulnérabilité

8 – Sauver des vies

9 – Combattre le trafic de migrants

10 – Éradiquer la traite de personnes

11 – Gérer les frontières

12 – Contrôle, évaluation et orientation

13 – Alternatives à la rétention

14 – Protection consulaire

15 – Accès aux services de base

16 – Intégration et cohésion sociale

17 – Éliminer les discriminations

18 – Perfectionnement et reconnaissance des qualifications

19 – Contributions des migrants et diaspora

20 – Envois de fonds

21 – Retour digne et réintégration durable

22 – Protection sociale

23 – Coopération internationale

General

Select to view content by GCM guiding principle

Priorité à la dimension humaine

Coopération internationale

Souveraineté nationale

Primauté du droit et garanties d’une procédure régulière

Développement durable

Droits de l’homme

Prise en compte de la problématique femmes-hommes

Adaptation aux besoins de l’enfant

Approche mobilisant l’ensemble des pouvoirs publics

Approche mobilisant l’ensemble de la société

Périmètre géographique mondial

Filtrer les contenus par région

Afrique

Amériques

Asie

Europe

Océanie

Filtrer les contenus par pays

Afghanistan

Afrique du Sud

Albanie

Allemagne

Algérie

Andorre

Angola

Antigua-et-Barbuda

Arabie saoudite

Argentine

Arménie

Australie

Autriche

Azerbaïdjan

Bahamas

Bahreïn

Bangladesh

Barbade

Bélarus

Belgique

Belize

Bénin

Bhoutan

Bolivie (État plurinational de)

Bosnie-Herzégovine

Botswana

Brésil

Brunéi Darussalam

Bulgarie

Burkina Faso

Burundi

Cabo Verde

Cambodge

Cameroun

Canada

République centrafricaine

Tchad

Tchéquie

Chili

Chine

Chypre

Colombie

Comores

Congo

Costa Rica

Côte d’Ivoire

Croatie

Cuba

Danemark

République démocratique du Congo

Djibouti

Dominique

République dominicaine

Équateur

Égypte

El Salvador

Émirats arabes unis

Guinée équatoriale

Érythrée

Slovaquie

Slovénie

Espagne

États-Unis d’Amérique

Estonie

Eswatini

Éthiopie

Fédération de Russie

Fidji

Philippines

Finlande

France

Gabon

Gambie

Géorgie

Ghana

Grenade

Grèce

Guatemala

Guinée

Guinée-Bissau

Guyana

Haïti

Honduras

Hongrie

Islande

Îles Marshall

Îles Salomon

Inde

Indonesia

Iran (République islamique d’)

Iraq

Irlande

Israël

Italie

Jamaïque

Japon

Jordanie

Kazakhstan

Kenya

Kirghizistan

Kiribati

République populaire démocratique de Corée

République de Corée

Koweït

République démocratique populaire lao

Lettonie

Liban

Lesotho

Libéria

Libia

Liechtenstein

Lituanie

Luxembourg

Macédoine du Nord

Madagascar

Malaisie

Malawi

Maldives

Mali

Malte

Maroc

Maurice

Mauritanie

Mexique

Micronésie (États fédérés de)

Monaco

Mongolie

Monténégro

Mozambique

Myanmar

Namibie

Nauru

Népal

Pays-Bas

Nouvelle-Zélande

Nicaragua

Niger

Nigéria

Norvège

Oman

Ouganda

Ouzbékistan

Pakistan

Palaos

Panama

Papouasie-Nouvelle-Guinée

Paraguay

Pérou

Pologne

Portugal

Qatar

Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord

République de Moldova

République arabe syrienne

République-Unie de Tanzanie

Roumanie

Rwanda

Saint-Kitts-et-Nevis

Sainte-Lucie

Saint-Vincent-et-les Grenadines

Saint-Marin

Saint-Martin (partie néerlandaise)

Samoa

Sao Tomé-et-Principe

Sénégal

Serbie

Seychelles

Sierra Leone

Singapour

Somalie

Soudan

Soudan du Sud

Sri Lanka

Suède

Suisse

Suriname

Tadjikistan

Thaïlande

Timor-Leste

Togo

Tonga

Trinité-et-Tobago

Tunisie

Turquie

Turkménistan

Tuvalu

Ukraine

Uruguay

Vanuatu

Venezuela (République bolivarienne du)

Viet Nam

Yémen

Zambie

Zimbabwe

Objectif 7 du Pacte mondial pour des migrations

S’attaquer aux facteurs de vulnérabilité liés aux migrations et les réduire

Le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières repose sur 23 objectifs. Cette page fournit des ressources pour objectivf 7 (S’attaquer aux facteurs de vulnérabilité liés aux migrations et les réduire):

“23. Nous nous engageons à répondre aux besoins des migrants qui risquent de se retrouver dans des situations de vulnérabilité en raison des circonstances de leur voyage ou des situations qu’ils rencontrent dans les pays d’origine, de transit ou de destination, en les assistant et en protégeant leurs droits de l’homme, conformément aux obligations que nous impose le droit international. Nous nous engageons en outre à défendre systématiquement l’intérêt supérieur de l’enfant, qui doit être une priorité dans toutes les situations où des enfants sont concernés, et à être sensibles à la problématique femmes-hommes quand il s’agit de remédier aux vulnérabilités, notamment dans les cas de flux migratoires mixtes.

Afin de tenir ces engagements, nous puiserons dans les actions suivantes :

(a) Examiner les politiques et pratiques pertinentes afin de veiller à ce qu’elles n’exposent pas les migrants à de nouvelles vulnérabilités et qu’elles n’exacerbent ni n’accroissent pas involontairement celles auxquelles ils sont déjà exposés, notamment par une démarche axée sur les droits de l’homme tenant compte de la problématique femmes-hommes et de celle du handicap ainsi que des questions liées aux personnes âgées et aux enfants ;

(b) Instituer des politiques globales et développer des partenariats apportant aux migrants qui sont en situation de vulnérabilité, quel que soit leur statut de migration, l’appui nécessaire à toutes les étapes de leur migration, par des mesures d’identification et d’assistance et par la protection de leurs droits fondamentaux, en particulier quand il s’agit de femmes vulnérables, d’enfants, notamment ceux qui ne sont pas accompagnés ou qui sont séparés de leur famille, de membres de minorités ethniques et religieuses, de victimes de violence, notamment la violence sexuelle et sexiste, de personnes âgées, de personnes handicapées, de personnes faisant l’objet de discrimination, quel qu’en soit le motif, d’autochtones, de migrants exposés à l’exploitation et la maltraitance, de travailleurs domestiques, de victimes de la traite des êtres humains et de migrants soumis à l’exploitation et à la maltraitance dans les cas de trafic de migrants ;

(c) Élaborer des politiques migratoires qui tiennent compte de la problématique femmes-hommes pour répondre aux besoins et vulnérabilités des femmes, filles et garçons parmi les migrants, y compris par une assistance, des soins de santé, des services psychologiques et des services de conseils, ainsi que par un accès à la justice et à des voies de recours utiles, en particulier dans les cas de violence sexuelle et sexiste, de maltraitance et d’exploitation ;

(d) Examiner le droit du travail en vigueur et les conditions de travail existantes pour déceler les vulnérabilités des travailleurs migrants à tous les niveaux de compétences et les atteintes qui leur sont portées, et y remédier comme il se doit, s’agissant notamment des travailleurs domestiques et des personnes employées dans le secteur non structuré de l’économie, en coopération avec les acteurs concernés, en particulier le secteur privé ;

(e) Prendre en considération les enfants migrants dans les systèmes nationaux de protection de l’enfance en établissant des dispositifs solides de protection des enfants migrants dans les procédures et décisions législatives, administratives et judiciaires, ainsi que dans toutes les politiques et tous les programmes relatifs aux migrations qui ont des effets sur les enfants, notamment les politiques et les services de protection consulaire, ainsi que des cadres de coopération transfrontière, afin de veiller à ce que le principe de l’intérêt supérieur de l’enfant soit correctement intégré, interprété de manière cohérente et appliqué en coordination et en coopération avec les autorités chargées de la protection de l’enfance ;

(f) Protéger, à toutes les étapes de leur migration, les enfants non accompagnés ou séparés de leur famille par l’établissement de procédures spéciales permettant de les identifier, de les aiguiller, de les accompagner et d’assurer leur regroupement familial, et donner accès aux services de santé, y compris de santé mentale, à l’éducation, à l’assistance juridique et au droit à ce que leur cause soit entendue dans les procédures administratives et judiciaires, notamment en désignant rapidement un tuteur légal compétent et impartial, moyens essentiels de remédier à leurs vulnérabilités et aux discriminations qu’ils subissent, de les protéger contre toutes les formes violence et de leur donner accès à des solutions viables qui concordent avec leur intérêt supérieur ;

(g) Veiller à ce que les migrants aient accès à des services publics ou indépendants d’assistance et de représentation juridiques à un coût abordable, pour les procédures judiciaires qui les concernent, y compris en cas d’audience judiciaire ou administrative, pour garantir que tous les migrants, où qu’ils se trouvent, soient considérés comme des personnes devant la loi et que la justice soit rendue de façon impartiale, sans discrimination ;

(h) Mettre en place des procédures accessibles et adaptées pour faciliter toute transition d’un statut à un autre et informer les migrants de leurs droits et obligations, afin qu’ils ne se retrouvent pas en situation irrégulière dans le pays de destination et pour réduire la précarité des statuts et les vulnérabilités qui en découlent et permettre aux migrants d’obtenir un examen de leur dossier individuel, notamment pour ceux qui ne sont plus en situation régulière, sans craindre d’être expulsés arbitrairement ;

(i) Renforcer les pratiques qui permettent aux migrants en situation irrégulière de demander un examen de leur dossier individuel qui serait susceptible de déboucher sur leur régularisation – au cas par cas selon des critères clairs et transparents –, en particulier dans les cas où des enfants, des jeunes et des familles sont concernés, ce qui peut être une solution pour les rendre moins vulnérables et permettre aux États de mieux connaître la population résidente ;

(j) Prendre des mesures de soutien spéciales pour veiller à ce que les migrants piégés par des situations de crise dans des pays de transit et de destination aient accès aux services de protection consulaire et d’assistance humanitaire, notamment en facilitant la coopération transfrontière et, plus largement, internationale, et en prenant en compte les populations migrantes dans la préparation aux crises, les interventions en cas d’urgence et les mesures de sortie de crise ;

(k) Associer les autorités locales et les acteurs concernés aux actions visant à identifier, aiguiller et assister les migrants en situation de vulnérabilité, notamment au moyen d’accords avec les organes nationaux de protection et les prestataires d’aide juridictionnelle et de services, et par la participation des équipes d’intervention mobile s’il en existe ;

(l) Élaborer des politiques et programmes nationaux permettant de mieux répondre, à l’échelle nationale, aux besoins des migrants en situation de vulnérabilité, notamment en prenant en considération les recommandations données à ce sujet par le Groupe mondial des migrations dans les Principes et lignes directrices, accompagnés de directives pratiques, sur la protection des droits de l’homme des migrants en situation de vulnérabilité."

(PMM, 2018: par. 23)

La migration est liée à de nombreuses conséquences, processus, difficultés, risques et violations en matière de droits de l’homme. Dans le monde entier, des millions de migrants, dont beaucoup font partie de mouvements massifs ou mixtes, sont insuffisamment protégés au regard des droits de l’homme ou risquent de subir des violations de ces droits, en particulier lorsqu’il s’agit de personnes au statut précaire ou irrégulier. Trop souvent, les migrants sont victimes de violations des droits de l’homme pendant leur voyage : mort, traite d’êtres humains, absence de mesures d’aide et de protection adaptées, criminalisation et détention arbitraire, ou encore obstacles à l’accès à la santé, à la justice et à l’éducation, pour n’en citer que quelques-unes. Ils sont également la cible d’actes xénophobes et discriminatoires motivés par leur nationalité, leur origine nationale, leur statut économique et/ou leur appartenance ethnique. 

Les droits de l’homme sont les droits fondamentaux dont toute personne jouit indépendamment de sa nationalité, de son lieu de résidence, de son sexe, de son origine nationale ou ethnique, de sa couleur, de sa religion, de sa langue ou de toute autre caractéristique. Ces droits vont des plus fondamentaux – le droit à la vie – à ceux qui rendent la vie digne d’être vécue tels que le droit à l’alimentation, à l’éducation, au travail, à la santé et à la liberté. Lorsque ces droits ne sont pas protégés, ils sont violés (de manière délibérée par l’État ou en conséquence de l’incapacité de l’État à prévenir la violation), ce qui crée des situations de vulnérabilité et des inégalités, qu’elles soient de nature culturelle ou structurelle, individuelle ou systémique. Ces facteurs constituent souvent des facteurs de répulsion, qui poussent les personnes à quitter leur pays d’origine et à migrer par nécessité, pour survivre et/ou rechercher de meilleures perspectives de vie. Ils peuvent également influer sur le voyage migratoire de ces personnes dans les lieux de transit et/ou de destination, et aggraver les inégalités et les vulnérabilités. Ces facteurs peuvent coexister ou se recouper, s’influencer ou s’exacerber réciproquement et évoluer au fil du temps en fonction des circonstances. Personne n’est intrinsèquement vulnérable : c’est le contexte situationnel et personnel qui peut mettre une personne en situation de vulnérabilité. 

La nécessité d’identifier les vulnérabilités et les inégalités ainsi que les facteurs à leur origine, de les reconnaître et d’y répondre sous-tend l’obligation de respecter, de protéger et d’assurer l’exercice des droits de l’homme qui incombe aux États en vertu du droit international. Les États sont tenus de prendre des mesures positives en vue de respecter, de protéger et d’assurer l’exercice des droits de l’homme de tous les migrants, de prévenir les violations des droits de l’homme, d’enquêter sur les violations et de les sanctionner, et d’assurer aux victimes l’accès à la justice ainsi qu’à des voies de recours efficaces et à des réparations. Le cadre juridique international régissant les droits de l’homme que les États ont adopté assure une protection à toutes les personnes, y compris à l’ensemble des migrants, indépendamment de leur statut juridique. Pour lutter contre les vulnérabilités et les inégalités dans le contexte migratoire, les États ont à plus forte raison le devoir de fournir une protection et une aide appropriées aux migrants en situation de vulnérabilité, conformément au droit international des droits de l’homme. 
 

Le Pacte mondial sur les migrations est disponible en AR, ZH, EN, FR, RU, ES.

Documents

These Principles and Guidelines provide concrete and operational guidance to assist States to design, implement and monitor migration governance measures that respect and protect the human rights of migrants in vulnerable situations.
The Handbook is intended to support case managers, service providers, communities, humanitarian and development actors, States and other actors working to provide protection and assistance to migrants vulnerable to violence, exploitation and abuse.
Date of publication:
31 décembre 2019

Événements

In light of the Migration Week, the Regional Training Center on Migration (RTCM), in coordination with the State Migration Service of Azerbaijan and IOM Azerbaijan, is organizing a two-days regional course on International Migration Law, discussing the general frameworks, main instruments and
-
Agriculture continues to remain an economic strength of many African economies accounting for a growing share of workers.
-

Projets

The Interactive Map for Business of Anti-Human Trafficking Organisations and the accompanying report is a resource for companies to navigate emerging partners and resources; for all anti-trafficking organisations; and the general public to improve coordination on the eradication of modern slavery,
TRAFIG, Transnational Figurations of Displacement, is an EU-funded Horizon 2020 research and innovation project.

Formation et orientation

Cover photo: IOM/Amanda Nero, Kigali, Rwanda. Description: At the Polyclinique Le Bon Samaritan, IOM runs all the health checks for the refugees before they are resettled in a third country, mostly in the US.
This Toolkit has been developed by IOM in collaboration with WHO, UN AIDS, and ILO with the support of the European Union under the Mainstreaming Migration into International Cooperation and Development (MMICD) project.
Date of publication:
01 février 2022
Source:
Ce livret est conçu comme un guide pratique pour la mise en œuvre du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières (PMM).
Date of publication:
15 octobre 2020

Vidéos

Nando Sigona, Senior Lecturer and Deputy Director, Institute for Research into Superdiversity, University of Birmingham, talks about the extent to which irregular migrants in vulnerable situations have access to basic services.
Senior Policy Advisor to the Director at the International Organisation for Migration Michele Klein Solomon speaks on whether people on the move are falling through protection gaps or merely that rules designed to protect aren't being enforced.

About the Migration Network Hub

What is the Migration Network Hub?

The Hub is a virtual “meeting space” where governments, stakeholders and experts can access and share migration-related information and services. It provides curated content, analysis and information on a variety of topics.

The Hub aims to support UN Member States in the implementation, follow-up and review of the Global Compact for Migration by serving as a repository of existing evidence, practices and initiatives, and facilitating access to knowledge sharing via online discussions, an expert database and demand-driven, tailor-made solutions (launching in 2021).

What content is displayed in the Hub?

The Hub aims to help you find information on migration, ranging from policy briefs and journal articles, existing portals and platforms and what they offer, to infographics and videos. The different types of resources submitted by users undergo peer review by a panel of experts from within the UN and beyond, before being approved for inclusion in the Hub. To provide guidance to users based on findings of the needs assessment, the content is ordered so that more comprehensive and global resources are shown before more specific and regional ones. Know a great resource? Please submit using the links above and your suggestion will be reviewed. Please see the draft criteria for existing practices here.

Apply to join the Peer Review Roster

Content submitted to the Migration Network Hub is first peer reviewed by experts in the field from both the UN and beyond. Applications are welcomed to join the roster on an ongoing basis. Learn more here.

Apply Now

Contact us

We welcome your feedback and suggestions, please contact us