Aller au contenu principal

Filtrer les contenus par objectif du Pacte mondial sur les migrations

1 – Données

2 – Lutter contre les facteurs négatifs

3 – Fourniture d’informations

4 – Identité légale et papiers

5 – Filières de migration régulière

6 – Recrutement et travail décent

7 – Réduire la vulnérabilité

8 – Sauver des vies

9 – Combattre le trafic de migrants

10 – Éradiquer la traite de personnes

11 – Gérer les frontières

12 – Contrôle, évaluation et orientation

13 – Alternatives à la rétention

14 – Protection consulaire

15 – Accès aux services de base

16 – Intégration et cohésion sociale

17 – Éliminer les discriminations

18 – Perfectionnement et reconnaissance des qualifications

19 – Contributions des migrants et diaspora

20 – Envois de fonds

21 – Retour digne et réintégration durable

22 – Protection sociale

23 – Coopération internationale

General

Select to view content by GCM guiding principle

Priorité à la dimension humaine

Coopération internationale

Souveraineté nationale

Primauté du droit et garanties d’une procédure régulière

Développement durable

Droits de l’homme

Prise en compte de la problématique femmes-hommes

Adaptation aux besoins de l’enfant

Approche mobilisant l’ensemble des pouvoirs publics

Approche mobilisant l’ensemble de la société

Périmètre géographique mondial

Filtrer les contenus par région

Afrique

Amériques

Asie

Europe

Océanie

Filtrer les contenus par pays

Afghanistan

Afrique du Sud

Albanie

Allemagne

Algérie

Andorre

Angola

Antigua-et-Barbuda

Arabie saoudite

Argentine

Arménie

Australie

Autriche

Azerbaïdjan

Bahamas

Bahreïn

Bangladesh

Barbade

Bélarus

Belgique

Belize

Bénin

Bhoutan

Bolivie (État plurinational de)

Bosnie-Herzégovine

Botswana

Brésil

Brunéi Darussalam

Bulgarie

Burkina Faso

Burundi

Cabo Verde

Cambodge

Cameroun

Canada

République centrafricaine

Tchad

Tchéquie

Chili

Chine

Chypre

Colombie

Comores

Congo

Costa Rica

Côte d’Ivoire

Croatie

Cuba

Danemark

République démocratique du Congo

Djibouti

Dominique

République dominicaine

Équateur

Égypte

El Salvador

Émirats arabes unis

Guinée équatoriale

Érythrée

Slovaquie

Slovénie

Espagne

États-Unis d’Amérique

Estonie

Eswatini

Éthiopie

Fédération de Russie

Fidji

Philippines

Finlande

France

Gabon

Gambie

Géorgie

Ghana

Grenade

Grèce

Guatemala

Guinée

Guinée-Bissau

Guyana

Haïti

Honduras

Hongrie

Islande

Îles Marshall

Îles Salomon

Inde

Indonesia

Iran (République islamique d’)

Iraq

Irlande

Israël

Italie

Jamaïque

Japon

Jordanie

Kazakhstan

Kenya

Kirghizistan

Kiribati

République populaire démocratique de Corée

République de Corée

Koweït

République démocratique populaire lao

Lettonie

Liban

Lesotho

Libéria

Libia

Liechtenstein

Lituanie

Luxembourg

Macédoine du Nord

Madagascar

Malaisie

Malawi

Maldives

Mali

Malte

Maroc

Maurice

Mauritanie

Mexique

Micronésie (États fédérés de)

Monaco

Mongolie

Monténégro

Mozambique

Myanmar

Namibie

Nauru

Népal

Pays-Bas

Nouvelle-Zélande

Nicaragua

Niger

Nigéria

Norvège

Oman

Ouganda

Ouzbékistan

Pakistan

Palaos

Panama

Papouasie-Nouvelle-Guinée

Paraguay

Pérou

Pologne

Portugal

Qatar

Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord

République de Moldova

République arabe syrienne

République-Unie de Tanzanie

Roumanie

Rwanda

Saint-Kitts-et-Nevis

Sainte-Lucie

Saint-Vincent-et-les Grenadines

Saint-Marin

Saint-Martin (partie néerlandaise)

Samoa

Sao Tomé-et-Principe

Sénégal

Serbie

Seychelles

Sierra Leone

Singapour

Somalie

Soudan

Soudan du Sud

Sri Lanka

Suède

Suisse

Suriname

Tadjikistan

Thaïlande

Timor-Leste

Togo

Tonga

Trinité-et-Tobago

Tunisie

Turquie

Turkménistan

Tuvalu

Ukraine

Uruguay

Vanuatu

Venezuela (République bolivarienne du)

Viet Nam

Yémen

Zambie

Zimbabwe

Select by type of document

Analysis

E-learning course

Guidelines/Toolkits/Manuals

Journal Article

Methodology

Link

Policy Brief

Report

Resolution

Training / Workshop Material

Working Paper

Other

Objectif 21 du Pacte mondial pour des migrations

Coopérer en vue de faciliter le retour et la réadmission des migrants en toute sécurité et dignité, ainsi que leur réintégration durable

Le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières repose sur 23 objectifs. Cette page fournit des ressources pour objectif 21 (Coopérer en vue de faciliter le retour et la réadmission des migrants en toute sécurité et dignité, ainsi que leur réintégration durable):

“37. Nous nous engageons à faciliter, dans un esprit de coopération, le retour sûr et digne des migrants, à faire respecter la légalité, à procéder à des évaluations individuelles et à ménager à chacun des voies de recours, tout en nous abstenant de procéder à des expulsions collectives et au rapatriement de migrants lorsqu’ils courent un risque réel et prévisible de perdre la vie, d’être soumis à la torture ou à d’autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ou de subir tout autre préjudice irréparable, conformément aux obligations qui nous incombent au regard du droit international des droits de l’homme. Nous nous engageons en outre à faire en sorte que nos ressortissants soient accueillis et réadmis comme il se doit, dans le plein respect du droit fondamental de revenir dans son pays et de l’obligation faite aux États de réadmettre sur leur territoire leurs nationaux. Nous nous engageons enfin à créer des conditions propices à la sécurité personnelle, à l’émancipation économique, à l’inclusion et à la cohésion sociale dans les communautés, pour faire en sorte que les migrants puissent réintégrer leur pays d’origine de façon durable.

Afin de tenir ces engagements, nous puiserons dans les actions suivantes :

(a) Élaborer et appliquer des accords et des cadres de coopération bilatéraux, régionaux et multilatéraux, notamment des accords de réadmission, pour veiller à ce que le retour et la réadmission des migrants dans leur pays d’origine se fassent en toute sécurité et dignité et dans le plein respect du droit international des droits de l’homme, y compris des droits de l’enfant, en arrêtant d’un commun accord des procédures précises respectueuses de la légalité, prévoyant des évaluations individuelles et assurant la sécurité juridique, et en veillant à ce qu’ils pourvoient à une réintégration durable ;

(b) Promouvoir des programmes de retour et de réintégration qui tiennent compte de la problématique femmes-hommes et des besoins des enfants, assortis éventuellement de mesures de soutien juridique, social et financier, pour garantir que tous les retours ayant lieu dans le cadre de tels programmes volontaires résultent bien du consentement préalable, libre et éclairé des migrants et que les migrants qui rentrent au pays bénéficient d’une aide tout au long de leur réintégration, au moyen de partenariats efficaces, le but étant notamment d’éviter qu’ils ne deviennent des personnes déplacées une fois revenus dans leur pays d’origine ;

(c) Coopérer pour identifier les nationaux et fournir des documents de voyage qui permettent le retour et la réadmission des personnes en situation irrégulière en toute sécurité et dignité, en mettant en œuvre des moyens fiables et efficaces d’identifier nos ressortissants, par exemple en faisant une place à la biométrie dans les registres de l’état civil et en numérisant l’état civil, dans le plein respect du droit à la vie privée et de la protection des données personnelles ;

(d) Favoriser les contacts institutionnels entre les autorités consulaires et les fonctionnaires compétents des pays d’origine et de destination, et offrir une assistance consulaire, avant leur départ, aux migrants souhaitant rentrer au pays en leur permettant d’accéder facilement à la documentation, aux documents de voyage et à d’autres services, afin que le retour et la réintégration se fassent dans des conditions prévisibles et en toute sécurité et dignité ;

(e) Veiller à ce que le retour des migrants en situation irrégulière se fasse en toute sécurité et dignité, après évaluation individuelle, et à ce que ce retour soit organisé par les autorités compétentes des pays d’origine et de destination agissant en toute diligence et coopération, après épuisement de toutes les voies de recours applicables et dans le respect de la légalité et des autres obligations découlant du droit international des droits de l’homme ;

(f) Créer ou renforcer, en partenariat avec les parties concernées, des mécanismes nationaux de suivi des retours, qui formulent des recommandations indépendantes sur les moyens de renforcer l’application du principe de responsabilité, le but étant de garantir la sécurité, la dignité et les droits fondamentaux de tous les migrants de retour ;

(g) Veiller à ce qu’il ne soit procédé au retour et à la réadmission d’enfants qu’après prise en compte de l’intérêt supérieur de l’enfant et du droit à la vie en famille et à l’unité familiale, et à ce qu’un parent, un tuteur ou un fonctionnaire compétent accompagne l’enfant tout au long de la procédure, et faire en sorte qu’il soit pourvu à l’accueil, au soin et à la réintégration des enfants à leur retour dans le pays d’origine ;

(h) Faciliter la réintégration durable en société des migrants après leur retour en leur offrant un accès égal à la protection sociale et aux services sociaux, à la justice, à l’assistance psychosociale, à la formation professionnelle, aux offres d’emploi et aux emplois décents, à la reconnaissance des compétences acquises à l’étranger et aux services financiers, le but étant qu’ils puissent tirer pleinement parti de leur esprit d’entreprise, de leurs compétences et de leur capital humain, participer activement à la société et contribuer au développement durable dans leur pays d’origine après leur retour ;

(i) Recenser et satisfaire les besoins des communautés dans lesquelles retournent les migrants, en incluant des dispositions à cet égard dans les stratégies de développement nationales et locales, la planification des infrastructures, les prévisions budgétaires et autres décisions politiques pertinentes, en coopération avec les autorités locales et les parties concernées.

(PMM, 2018: par. 37)

Un nombre croissant de personnes migrent dans le cadre de mouvements mixtes de plus en plus complexes, et peuvent se trouver bloquées ou en situation irrégulière pendant des périodes prolongées. Le retour et la réintégration des migrants qui ne veulent ou ne peuvent pas rester dans un pays d’accueil ou de transit suscitent un regain d’intérêt parmi les décideurs nationaux et internationaux du monde entier. Les États doivent veiller à ce qu’aucun migrant ne soit exposé à un refoulement ou à une expulsion collective, et à ce que soit assuré à chaque personne visée par un retour un examen individualisé de son dossier dans le respect d’une procédure régulière et des garanties procédurales – notamment l’accès à l’interprétation, une représentation en justice et le droit d’appel. Les États devraient également veiller à ce que les retours volontaires aient lieu exclusivement avec le consentement préalable libre et éclairé des migrants, sans contrainte aucune. Pendant le retour proprement dit, les droits de l’homme des migrants peuvent être particulièrement menacés et doivent être protégés avec soin, y compris en garantissant l’accès à la justice et à des mécanismes de responsabilité et de suivi adéquats. Les États doivent également respecter, protéger et assurer l’exercice des droits économiques, sociaux et culturels des migrants, dont le droit à la santé, un niveau de vie suffisant et une protection sociale à toutes les étapes du processus de retour et de réintégration, y compris avant et après le retour. Des politiques efficaces de retour et de réintégration contribuent à des migrations sûres, ordonnées et dignes, et sont une composante essentielle des systèmes intégrés de gestion des migrations.

Retour digne et réintégration durable à travers le Pacte mondial 

Objectif 21 apparaît également dans les sections suivantes du Pacte mondial sur les migrations: 

  • Objectif 1 (par. 17)
  • Objectif 3 (par. 19)
  • Objectif 4 (par. 20)
  • Objectif 7 (par. 23)
  • Objectif 12 (par. 28)
  • Objectif 13 (par. 29)

Le Pacte mondial sur les migrations est disponible en AR, ZH, EN, FR, RU, ES.

    Documents

    Developed as part of the UN Network on Migration’s Thematic Working Group 5 on Return and Reintegration, this paper identifies key principles and our common position on migrant return and reintegration.
    Date of publication:
    31 mars 2021
    Information Type:
    On 6 March 2018, the Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights (OHCHR) organized a one-day expert meeting on the theme "The human rights of migrants in the context of return".
    Date of publication:
    06 mars 2018
    Information Type:

    Événements

    When: Tuesday, February 15, 2022 9:00 A.M. ET (New York, DC) / 3:00 P.M.
    -
    We are pleased to invite you to join a training session on how to use the Migration Network Hub.
    -

    Projets

    The EU-IOM Joint Initiative was launched in December 2016 with funding from the EU Emergency Trust Fund for Africa.
    The ‘Returning to New Opportunities’ programme creates prospects – for returnees, internally displaced people and the local population.

    Formation et orientation

    This Checklist integrates the GCM’s cross-cutting and interdependent guiding principles and outlines various practices and policy initiatives in line with international legal obligations against which States and other stakeholders can assess their return and reintegration practices and policies.
    Date of publication:
    12 mai 2022
    Cover photo: Muse Mohammed/IOM. Burco, Somalia. Description: Nour Abdi Garaad is a return migrant to Burco, Somalia who has now set up his own shop in the town centre selling garments.
    This Toolkit has been developed by IOM in collaboration with ILO with the support of the European Union under the Mainstreaming Migration into International Cooperation and Development (MMICD) project.
    Date of publication:
    01 février 2022
    Source:

    Vidéos

    IOM's holistic need-based approach to reintegration responds to economic, social and psychosocial needs of individual returnees as well as the communities to which they return.

    About the Migration Network Hub

    What is the Migration Network Hub?

    The Hub is a virtual “meeting space” where governments, stakeholders and experts can access and share migration-related information and services. It provides curated content, analysis and information on a variety of topics.

    The Hub aims to support UN Member States in the implementation, follow-up and review of the Global Compact for Migration by serving as a repository of existing evidence, practices and initiatives, and facilitating access to knowledge sharing via online discussions, an expert database and demand-driven, tailor-made solutions (launching in 2021).

    What content is displayed in the Hub?

    The Hub aims to help you find information on migration, ranging from policy briefs and journal articles, existing portals and platforms and what they offer, to infographics and videos. The different types of resources submitted by users undergo peer review by a panel of experts from within the UN and beyond, before being approved for inclusion in the Hub. To provide guidance to users based on findings of the needs assessment, the content is ordered so that more comprehensive and global resources are shown before more specific and regional ones. Know a great resource? Please submit using the links above and your suggestion will be reviewed. Please see the draft criteria for existing practices here.

    Apply to join the Peer Review Roster

    Content submitted to the Migration Network Hub is first peer reviewed by experts in the field from both the UN and beyond. Applications are welcomed to join the roster on an ongoing basis. Learn more here.

    Apply Now

    Contact us

    We welcome your feedback and suggestions, please contact us