Aller au contenu principal

MobileRemit Africa

L’importance croissante des envois de fonds sur mobile a rendu nécessaire le développement d’une base de connaissances spécifique. En réponse à cela, le Mécanisme de financement pour l’envoi de fonds (MFEF) du Fonds international de développement agricole (FIDA) a élaboré MobileRemit Africa comme instrument clé de la Plateforme pour les envois de fonds, les investissements et l’entrepreneuriat des migrants en Afrique (PRIME Afrique).

Celle-ci est cofinancée par l’Union européenne et a été au départ mise en œuvre dans sept pays africains (Afrique du Sud, Gambie, Ghana, Kenya, Maroc, Ouganda et Sénégal), ainsi que dans leurs principaux corridors de transfert de fonds.

MobileRemit Africa vise à compléter RemitScope Africa, une plateforme en ligne qui propose des données complètes et des analyses à jour sur les transferts de fonds en Afrique. Celle-ci permettra de jeter les bases d’un socle de connaissances sur les envois de fonds sur mobile, de recueillir des données, de générer des idées et de fournir des orientations politiques sur les envois d’argent par mobiles pour les pays africains.

Le premier volet du projet MobileRemit Africa a consisté à créer un indice de capacité d’envoi de fonds par téléphone mobile pour les pays africains, ce qui permet une compréhension nuancée  des  facteurs  qui  peuvent  favoriser  ou  entraver  l’adoption  du  canal  mobile  pour  les  transferts  de  fonds  dans  ces  pays.  L’indice  repose  sur  cinq  piliers  qui  permettent  de comparer les pays et de diffuser les meilleures pratiques: envoi de fonds international en monnaie électronique, environnement de marché, cadre réglementaire, inclusion financière et protection des consommateurs.

Ce rapport décrit la méthodologie de construction de l’indice, tout en présentant les principales conclusions aux niveaux continental et régional, ainsi que les profils des pays PRIME Afrique.


*Toutes les références au Kosovo doivent être comprises dans le contexte de la résolution 1244 (1999) du Conseil de sécurité des Nations Unies.