Aller au contenu principal

Inventaire des pratiques

Protection des migrants-es contre la Covid-19 et relance de leurs activités économiques

Primary GCM Objectives

Principes directeurs du Pacte mondial*

*All practices are to uphold the ten guiding principles of the GCM. This practice particularly exemplifies these listed principles.

Objectifs de développement durable (ODD)

Dates

2020 - 2021

Type de pratique

Partnership/Multistakeholder initiative

Dernier contenu

Régions:

Sous-région:

Résumé

La pratique a débuté avec le contexte de la Covid-19, l’activité principale était de faire des activités de sensibilisation des migrants sur leurs droits sur les lieux de travail. Mais avec la pandémie nous avons trouvé pertinent de réorienter nos activités dans la protection des migrants contre la Covid-19 par la sensibilisation (avec des dépliants) et la distribution des kits de protection Covid-19 (masques, savons, eau de javel, gels hydro-alcoolique). Mais aussi les fonds prévus pour le partenaire pour financer les projets de migrants de retour devraient être plus utiles pour les migrants ayant subi des impacts économiques avec des pertes de revenus énormes car étant dans l’informel.

Le but étant de lutter contre la discrimination en matière d’accès à la santé et au financement pour les migrants. D’aider les migrants à relancer leurs activités économiques pour sortir de la vulnérabilité.Les bénéficiaires sont les migrants guinéens commerçants de deux marchés (CASTOR et Yoff), les femmes migrantes maliennes commerçantes, les travailleurs du sel de Lac Rose.

Principales ressources utilisées : Aide financière (fonds revolving, fonds de roulement), achat de matériel de production et des EPI (pirogues, gants et bassines et tenues de travail etc.) et équipement de lieux de rencontre (chaises et tables).

Organisations

Principale(s) organisation(s) de mise en œuvre

Union Nationale des Syndicats Autonomes du Sénégal
Confédération nationale des travailleurs du Sénégal
Union démocratique des travailleurs du Sénégal
Confédération des Syndicats Autonomes du Sénégal
Confédération nationale des travailleurs du Sénégal

Partenaires impliqués

CGIL, NEXUS(Italie), ITUC-AFRICA(togo) :sont les bailleurs, le CARISM(intersyndicale = UNSAS, CNTS, UDTS, CSA, CNTSFC) ont mise en oeuvre

Organisations partenaires/donatrices

Confederazione Generale Italiana del Lavoro - CGIL
Nexus Automotive Italia
The African Regional Organisation of the International Trade Union Confederation - ITUC-Africa - Togo

Bénéfice et impact

L’accès au financement est un droit, cependant très difficile pour les migrants qui peinent à fournir les garantis nécessaire. Le droit à la santé durant la période de pandémie a été remis en cause. Alors en fournissant un financement gratuit et des kits de protection covid-19 nous avons contribué au bien-être des populations
- Autres résultats essentiels
Ce fut aussi une lutte contre la discrimination, car les femmes accèdent difficilement aux finances par manque de garantis.
les impacts immédiats ont-ils été La reprise des activités économiques par ces migrants-es qui étaient en chômage et la massification de leur organisation, ainsi que l'obtention de papiers légales pour mener leurs activité(récépissé de GIE).
Nous comptons accompagner jusqu'à une appropriation et chercher d'autres bailleurs pour d'autre domaine surtout la formation que la FES est entrain de financier par le PROMIG-FES de TUNIS

Principales leçons

- Principaux défis rencontrés lors de la mise en place de la bonne pratique:
Avoir un bon partenaire, convaincre le bailleur pour les fonds nécessaires, sensibiliser les bénéficiaires pour la pérennisation de ce fonds en le logeant dans une institution financière
- Comment chaque défi a été surmonté:
Le partenaire avait déjà travaillé avec nous et nous a fait confiance, il a ainsi procédé à une réaffectation de fonds(disponible) et nous saluons la flexibilité du partenaire NEXUS. Puisqu’il y’avait déjà une forme d’organisation avec des responsables. Pour le fonds revolving dont les maliennes migrantes commerçantes ont bénéficié on a d’abord convaincu ces dernières qui ont fait le travail pour le groupe .La PAMECAS de leur localité a accepté de loger ces fonds pour elles. Pour Lac Rose il a fallut mettre ensembles les nationaux et les migrants dans le GIE pour éviter la discrimination et la xénophobie envers les étrangers.
Qu'est-ce qui aurait pu être fait différemment ? : Avoir plus de bailleurs pour un fonds plus consistant pour mieux relancer et formaliser leurs activités.
Un suivi périodique avec le bureau pour voir si les procédures d’emprunt et de remboursement sont respectés et si les activités ont pris repris et si elles marchent.

Recommandations(if the practice is to be replicated)

Il faut : avoir les informations sur les communautés présentes dans votre pays , identifier les activités économiques les plus précaires (impacts Covid-19), établir la relation avec un contact de confiance pour faciliter les échanges et recueillir leurs besoins, avoir un partenaire qui est convaincue de la démarche et qui est prêt pour donner les moyens nécessaires, assurer un suivi après l’accompagnement. Responsabiliser les migrants dans la gestion et les accompagner par un renforcement de capacité.

Innovation

Cette pratique qui consiste à trouver le migrant sur son lieu de travail (proximité avec les migrants, mieux connaitre leurs conditions de travail), lui fournir l’appui que lui-même a sollicité(adapté à ses besoins) que ce soit administratif, financier ou technique
- Cette bonne pratique a-t-elle catalysé d'autres initiatives similaires ?
Oui, avec un autre bailleur cette fois, il s’agit de la CSI Afrique qui a financé ensuite la distribution de kits covid-19
- Les impacts de cette bonne pratique sont-ils durables ?
Oui. les fonds revolving pour les femmes migrantes maliennes sont logés dans une IFS et est distribué sous forme de prêts, ce qui évite sa déperdition. Et nous avons formalisé leur association en GIE.
- Cette bonne pratique est-elle extensible ?
Oui, d’autres communauté nous sollicite pour la même chose.
- Le cas échéant, comment la pratique s'est-elle adaptée aux circonstances changeantes engendrées par la pandémie de COVID-19 ?
Les impacts de la Covid-19 ont mis à terre leurs activités économique car étant dans des activités informelles de commerce, i fallait la relance pour éviter la précarité. Il fallait aussi les doter de matériel de protection contre la Covid-19.
En allant sur les lieux de travail, nous avons aussi pu collecter beaucoup de données qui ont servi à nos plaidoyer au niveau local, régional et international.
Et la pratique montre la nécessité de la coopération internationale qui est à l'origine de la pratique et la pertinence de la synergie d'action entre organisations.

Date de soumission:

01 avril 2022

*Toutes les références au Kosovo doivent être comprises dans le contexte de la résolution 1244 (1999) du Conseil de sécurité des Nations Unies.