Aller au contenu principal

Filtrer les contenus par objectif du Pacte mondial sur les migrations

1 – Données

2 – Lutter contre les facteurs négatifs

3 – Fourniture d’informations

4 – Identité légale et papiers

5 – Filières de migration régulière

6 – Recrutement et travail décent

7 – Réduire la vulnérabilité

8 – Sauver des vies

9 – Combattre le trafic de migrants

10 – Éradiquer la traite de personnes

11 – Gérer les frontières

12 – Contrôle, évaluation et orientation

13 – Alternatives à la rétention

14 – Protection consulaire

15 – Accès aux services de base

16 – Intégration et cohésion sociale

17 – Éliminer les discriminations

18 – Perfectionnement et reconnaissance des qualifications

19 – Contributions des migrants et diaspora

20 – Envois de fonds

21 – Retour digne et réintégration durable

22 – Protection sociale

23 – Coopération internationale

General

Select to view content by GCM guiding principle

Priorité à la dimension humaine

Coopération internationale

Souveraineté nationale

Primauté du droit et garanties d’une procédure régulière

Développement durable

Droits de l’homme

Prise en compte de la problématique femmes-hommes

Adaptation aux besoins de l’enfant

Approche mobilisant l’ensemble des pouvoirs publics

Approche mobilisant l’ensemble de la société

Périmètre géographique mondial

Filtrer les contenus par région

Afrique

Amériques

Asie

Europe

Océanie

Filtrer les contenus par pays

Afghanistan

Afrique du Sud

Albanie

Allemagne

Algérie

Andorre

Angola

Antigua-et-Barbuda

Arabie saoudite

Argentine

Arménie

Australie

Autriche

Azerbaïdjan

Bahamas

Bahreïn

Bangladesh

Barbade

Bélarus

Belgique

Belize

Bénin

Bhoutan

Bolivie (État plurinational de)

Bosnie-Herzégovine

Botswana

Brésil

Brunéi Darussalam

Bulgarie

Burkina Faso

Burundi

Cabo Verde

Cambodge

Cameroun

Canada

République centrafricaine

Tchad

Tchéquie

Chili

Chine

Chypre

Colombie

Comores

Congo

Costa Rica

Côte d’Ivoire

Croatie

Cuba

Danemark

République démocratique du Congo

Djibouti

Dominique

République dominicaine

Équateur

Égypte

El Salvador

Émirats arabes unis

Guinée équatoriale

Érythrée

Slovaquie

Slovénie

Espagne

États-Unis d’Amérique

Estonie

Eswatini

Éthiopie

Fédération de Russie

Fidji

Philippines

Finlande

France

Gabon

Gambie

Géorgie

Ghana

Grenade

Grèce

Guatemala

Guinée

Guinée-Bissau

Guyana

Haïti

Honduras

Hongrie

Islande

Îles Marshall

Îles Salomon

Inde

Indonesia

Iran (République islamique d’)

Iraq

Irlande

Israël

Italie

Jamaïque

Japon

Jordanie

Kazakhstan

Kenya

Kirghizistan

Kiribati

République populaire démocratique de Corée

République de Corée

Koweït

République démocratique populaire lao

Lettonie

Liban

Lesotho

Libéria

Libia

Liechtenstein

Lituanie

Luxembourg

Macédoine du Nord

Madagascar

Malaisie

Malawi

Maldives

Mali

Malte

Maroc

Maurice

Mauritanie

Mexique

Micronésie (États fédérés de)

Monaco

Mongolie

Monténégro

Mozambique

Myanmar

Namibie

Nauru

Népal

Pays-Bas

Nouvelle-Zélande

Nicaragua

Niger

Nigéria

Norvège

Oman

Ouganda

Ouzbékistan

Pakistan

Palaos

Panama

Papouasie-Nouvelle-Guinée

Paraguay

Pérou

Pologne

Portugal

Qatar

Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord

République de Moldova

République arabe syrienne

République-Unie de Tanzanie

Roumanie

Rwanda

Saint-Kitts-et-Nevis

Sainte-Lucie

Saint-Vincent-et-les Grenadines

Saint-Marin

Saint-Martin (partie néerlandaise)

Samoa

Sao Tomé-et-Principe

Sénégal

Serbie

Seychelles

Sierra Leone

Singapour

Somalie

Soudan

Soudan du Sud

Sri Lanka

Suède

Suisse

Suriname

Tadjikistan

Thaïlande

Timor-Leste

Togo

Tonga

Trinité-et-Tobago

Tunisie

Türkiye

Turkménistan

Tuvalu

Ukraine

Uruguay

Vanuatu

Venezuela (République bolivarienne du)

Viet Nam

Yémen

Zambie

Zimbabwe

Select by type of document

Analysis

E-learning course

Guidelines/Toolkits/Manuals

Journal Article

Methodology

Link

Policy Brief

Report

Resolution

Training / Workshop Material

Working Paper

Other

Objectif 20 du Pacte mondial pour des migrations

Rendre les envois de fonds plus rapides, plus sûrs et moins coûteux et favoriser l’inclusion financière des migrants

Le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières repose sur 23 objectifs. Cette page fournit des ressources pour objectif 20 (Rendre les envois de fonds plus rapides, plus sûrs et moins coûteux et favoriser l’inclusion financière des migrants):

“36. Nous nous engageons à rendre les envois de fonds plus rapides, plus sûrs et moins coûteux en continuant d’établir des cadres normatifs et réglementaires qui favorisent la concurrence, la réglementation et l’innovation sur le marché des envois de fonds et en élaborant des programmes et des instruments qui favorisent l’inclusion financière des migrants et de leur famille tout en tenant compte de la problématique femmes-hommes. Nous nous engageons en outre à tirer le meilleur parti des transformations qu’occasionnent les envois de fonds sur le bien-être des travailleurs migrants et de leur famille, ainsi que sur le développement durable des pays, tout en ayant à l’esprit que les envois de fonds constituent une importante source de capitaux privés et ne sauraient être assimilés aux autres flux financiers internationaux comme les investissements étrangers directs, l’aide publique au développement ou les autres sources publiques de financement du développement.

 

Afin de tenir ces engagements, nous puiserons dans les actions suivantes :

(a) Élaborer un plan d’action pour ramener au-dessous de 3 pour cent les commissions imposées aux migrants et pour éliminer les circuits d’envois de fonds dont les coûts dépassent 5 pour cent d’ici à 2030, conformément à la cible 10.c du Programme de développement durable à l’horizon 2030 ;

(b) Promouvoir et appuyer la Journée internationale des envois de fonds à la famille et le Forum mondial sur les transferts d’argent, l’investissement et le développement du Fonds international de développement agricole, qui offre à tous les acteurs intéressés un espace de choix pour nouer et renforcer des partenariats dans l’objectif de trouver des moyens nouveaux de rendre les envois de fonds plus rapides, plus sûrs et moins coûteux ;

(c) Harmoniser les réglementations du marché des envois de fonds et accroître l’interopérabilité des infrastructures des différents circuits, tout en veillant à ce que les mesures prises pour lutter contre les flux financiers illicites et le blanchiment d’argent n’entravent pas les envois de fonds des migrants par l’imposition de règles indues, trop strictes ou discriminatoires ;

(d) Adopter des cadres normatifs et réglementaires qui favorisent la concurrence et l’innovation sur le marché des envois de fond, qui éliminent les obstacles empêchant indûment les prestataires de services non bancaires d’accéder à l’infrastructure de paiement, qui prévoient des exonérations ou des incitations fiscales pour les envois de fond, qui facilitent l’accès au marché à différents prestataires de services, qui incitent le secteur privé à élargir son offre de services et qui renforcent la sécurité et la prévisibilité des transactions portant sur de faibles montants, tout en veillant à réduire les risques et en mettant au point une méthode pour distinguer les envois de fonds des flux illicites, en collaboration avec les prestataires de services et les autorités de contrôle des marchés financiers ;

(e) Développer des solutions technologiques innovantes pour les envois de fonds, comme les paiements mobiles, les outils numériques ou la banque en ligne, le but étant de réduire les frais, d’accélérer les transactions, de renforcer la sécurité, de stimuler les transferts dans les circuits réguliers et d’ouvrir, en tenant compte de la différence entre les sexes, des circuits de distribution aux populations mal desservies, y compris les personnes vivant en milieu rural, les personnes faiblement alphabétisées et les personnes handicapées ;

(f) Fournir des informations accessibles sur les coûts des envois de fonds selon les différents prestataires et circuits, par exemple grâce à des comparateurs en ligne, afin d’améliorer la transparence et la concurrence sur le marché des envois de fonds, et permettre aux migrants et à leur famille, par l’éducation et la formation, d’acquérir une culture financière et d’accéder aux services financiers ;

(g) Élaborer des programmes et des instruments à l’intention des personnes qui envoient des fonds pour les inciter à investir dans le développement local et la création d’entreprises dans leur pays d’origine, par exemple par des mécanismes de subvention, des obligations municipales et des accords de partenariat avec les associations municipales, l’objectif étant que l’effet transformateur des envois de fonds s’exerce au-delà de la sphère familiale des travailleurs migrants, à tous niveaux de compétence ;

(h) Permettre aux migrantes d’avoir accès à des formations d’initiation financière et aux systèmes officiels d’envois de fonds, d’ouvrir un compte bancaire et de détenir et de gérer des avoirs financiers, des investissements et des entreprises, le but étant de lutter contre les inégalités entre les sexes et d’encourager la participation active des femmes à l’économie ;

(i) Élaborer des produits bancaires et des instruments financiers à l’intention des migrants et veiller à ce qu’ils y aient accès, y compris les ménages à faible revenu et les familles dirigées par des femmes, par exemple des comptes bancaires permettant aux employeurs de faire des versements directs, des comptes d’épargne et des contrats de prêt et de crédit, en collaboration avec le secteur bancaire.

(PMM, 2018, par. 36)

Si le rôle des rapatriements sociaux (idées, comportements, connaissances, valeurs politiques, etc.) est largement reconnu dans la littérature, l’objectif 18 porte sur les rapatriements financiers, qui s’entendent généralement de l’argent que les migrants renvoient à leurs familles et amis dans leurs communautés d’origine. Bien qu’il s’agisse de fonds privés, qui ne remplacent donc pas l’aide publique au développement, ces rapatriements peuvent représenter une composante cruciale de la contribution financière des migrants à leurs pays d’origine et une source vitale de revenus pour des millions de personnes et de familles dans le monde, que l’on pourrait même considérer comme un motif de migration. Ils représentent une planche de salut pour de nombreux pays du Sud, qui permet aux familles des migrants de combattre la pauvreté et d’améliorer leur accès à la nutrition, à la santé, à l’éducation, au logement, à l’eau et à l’assainissement, et contribue en somme à réaliser les objectifs de développement durable. Des rapatriements de fonds réguliers favorisent également l’intégration financière des ménages, l’utilisation productive de ces fonds produisant des effets positifs dans les communautés locales sous la forme d’épargnes, d’investissements et de création d’emplois. Dans le même temps, un certain nombre d’agents et de réseaux interviennent dans les envois des fonds.

Alors que les rapatriements de fonds ont enregistré une croissance considérable et régulière au fil des ans et que cette tendance aurait dû se renforcer, la pandémie mondiale de COVID-19, au début de l’année 2020, a eu des répercussions sur ces flux. À la différence des crises précédentes, l’ampleur et les incidences économiques des événements actuels affectent simultanément les migrants internationaux et nationaux qui rapatrient des fonds depuis des régions à revenu élevé et leurs familles qui vivent dans des pays en développement, avec des conséquences désastreuses sur le montant des fonds rapatriés en 2020 (de plus amples informations sont disponibles ici) et des effets néfastes sur le bien-être et la résilience des ménages touchés.

Envois de fonds à travers le Pacte mondial 

L'objectif 20 est également très pertinent pour les sections suivantes du Pacte mondial sur les migrations: 

  • Objectif 1 (par. 17)
  • Objectif 3 (par. 19)
  • Objectif 19 (par. 35)
  • Objectif 23 (par. 39)

Le Pacte mondial sur les migrations est disponible en AR, ZH, EN, FR, RU, ES.

Documents

The UN Migration Network’s policy guidance, developed under the leadership of IFAD with support from IOM, OHCHR, UNICEF, UN Women, and the World Bank, highlights measures needed for an effective response to reduced remittances flows.
Date of publication:
13 décembre 2020
Information Type:
Today, post offices deliver more money than mail.
Date of publication:
30 juin 2020
Information Type:

Événements

The eGFRID series are structured around the concept of communities of practices and delivered through specific webinars.
-
We are pleased to invite you to join a training session on how to use the Migration Network Hub.
-

Projets

Ce programme de 15 millions d'euros financé par l'UE vise à lutter contre l'impact des envois de fonds sur le développement grâce à des innovations, des partenariats et des produits évolutifs qui favorisent des transferts de fonds rapides et bon marché.
IFAD partnered with the Malaysian Mobile Money Provider, Valyou, to open digital remittances channels to Pakistan and Bangladesh.

Formation et orientation

Around the world, a record number of women are now migrating to seek work and better lives.
Date of publication:
31 décembre 2013
Source:
Cover photo: Jack Gotch/IOM. Hoedspruit, South Africa. Description: Garry, a migrant worker from Zimbabwe, stands in front of agricultural machinery on a farm in South Africa.
This Toolkit has been developed by IOM in collaboration with FAO with the support of the European Union under the Mainstreaming Migration into International Cooperation and Development (MMICD) project.
Date of publication:
13 janvier 2022

Vidéos

Did you know that over one billion people on earth either send or receive remittances and that 50% of the half a trillion dollars sent home by migrant workers every year goes to rural places?
IFAD piloted a new microinsurance distribution channel linked to remittance services, promoting partnerships between Money Transfer Operators (MTOs) and insurance companies who wish to develop customised products for migrant workers and their families back home.

About the Migration Network Hub

What is the Migration Network Hub?

The Hub is a virtual “meeting space” where governments, stakeholders and experts can access and share migration-related information and services. It provides curated content, analysis and information on a variety of topics.

The Hub aims to support UN Member States in the implementation, follow-up and review of the Global Compact for Migration by serving as a repository of existing evidence, practices and initiatives, and facilitating access to knowledge sharing via online discussions, an expert database and demand-driven, tailor-made solutions (launching in 2021).

What content is displayed in the Hub?

The Hub aims to help you find information on migration, ranging from policy briefs and journal articles, existing portals and platforms and what they offer, to infographics and videos. The different types of resources submitted by users undergo peer review by a panel of experts from within the UN and beyond, before being approved for inclusion in the Hub. To provide guidance to users based on findings of the needs assessment, the content is ordered so that more comprehensive and global resources are shown before more specific and regional ones. Know a great resource? Please submit using the links above and your suggestion will be reviewed. Please see the draft criteria for existing practices here.

Apply to join the Peer Review Roster

Content submitted to the Migration Network Hub is first peer reviewed by experts in the field from both the UN and beyond. Applications are welcomed to join the roster on an ongoing basis. Learn more here.

Apply Now

Contact us

We welcome your feedback and suggestions, please contact us